Qui sont les Créatifs Culturels ?

6 pôles de valeurs :
- L'écologie ; le bio, la consomm'action
- La reconnaissance des valeurs féminines
- Être plutôt que paraître et avoir
- L'ouverture multiculturelle
- La connaissance de soi ; la vie intérieure
- L'implication sociale


Ce réseau a pour objectif la mise en lien de tous ceux qui partagent ces mêmes valeurs :
Il fonctionne par l’apport de chacun, c’est un espace d’échanges, de partages et de co-créations.

26 août 2012

Pour la suspension du barrage Belo Monte au Brésil

Un petit film et un lien pour signer la pétition visant les Droits (de Vie) des indiens et de notre Terre Mère !!!!
http://amazonwatch.org/take-action/continue-the-suspension-of-the-belo-monte-dam?utm_source=Amazon+Watch+Newsletter+and+Updates&utm_campaign=a3737eb2d2-BR_20120825&utm_medium=email

Comment rester silencieux face à ce fléau ! Nous devons réagir et nous unir !!!!
 Protégeons les ressources, le chef Raoni et son peuple !!!

 BELO MONTE 

LES COULISSES DU TROISIÈME PLUS GRAND BARRAGE AU MONDE -

Réponse la moins polluante aux besoins énergétiques croissants du Brésil selon ses initiateurs, menace écologique sans précédent pour la forêt amazonienne, poumon vert de la planète, pour ses détracteurs, le projet commence enfin, grâce notamment à James Cameron, à susciter l’indignation de par le monde. Il est temps. Protecteurs de cette forêt native si précieuse à l’humanité, les Indiens, échaudés par les trahisons de Lula, sont sur le sentier de la guerre, prêt pour le dernier acte de leur résistance. Quitte à signer un remake de Wounded Knee. Raoni, qui les retient pour l’instant, pense qu’un soutien international massif, notamment à sa pétition, pourrait changer la donne.
En attendant, Norte Energia, consortium dirigé par une filiale d’Electrobras, entreprise publique brésilienne, a remporté l’appel d’offres pour la construction du barrage. Pour 11,2 milliards de dollars, avec un réservoir de 516 km2 et une puissance maximale de 11 233 mégawatts, Belo Monte deviendrait le deuxième plus grand barrage du Brésil, après Itaipu, dans le sud du pays, et le troisième au monde, après celui des Trois Gorges, en Chine. La centrale sera constituée de trois sites : Pimental (à 40 km d’Altamira), qui héritera du barrage principal, Bela Vista, avec un barrage complémentaire et enfin Belo Monte, où se trouvera l’unité de production principale. 


Ce barrage, s’il est construit, sera le troisième plus grand au monde, il inondera un immense territoire, assèchera certaines parties du Xingu, détruira la forêt et réduira le stock de poissons dont les Indiens, tels que les Kayapó, les Arara, les Juruna, les Araweté, les Xikrin, les Asurini et les Parakanã, dépendent pour leur survie.
Danse kayapo lors d'une manifestation contre un projet de barrage, 2006.
Danse kayapo lors d'une manifestation contre un projet de barrage, 2006.
© Terence Turner
Les moyens de subsistance de milliers d’Indiens qui dépendent étroitement de la forêt et de la rivière seront détruits.
L’afflux d’immigrants dans la région que suscitera la construction du barrage provoquera d’inévitables conflits et introduira des maladies mettant la vie des Indiens en danger.

Les Kayapó ont déclaré : 
‘Nous ne voulons pas que ce barrage détruise les écosystèmes et la biodiversité dont nous avons pris soin depuis des millénaires et que nous pouvons continuer à préserver’.

Le bureau du procureur de la République du Brésil ainsi que de nombreuses organisations locales et internationales appellent à l’annulation de la licence de construction du barrage, invoquant le fait que les études d’impacts environnementaux ont été menées de manière partielle et que les Indiens et les autres populations affectées n’ont pas été consultés de manière adéquate.
Le monde entier doit savoir ce qui se passe ici, il doit se rendre compte à quel point la destruction des forêts et des peuples indigènes signifie sa propre destruction.Leaders Kayapó
Si la construction du barrage a lieu, des milliers d’Indiens perdront leurs foyers, leurs moyens de subsistance et leur vie-même. Pour survivre, les peuples indigènes ont besoin de la terre où ils vivent depuis des siècles et avec laquelle ils enretiennent un lien profond et spirituel.
Aucune mesure compensatoire ne pourra remplacer leur terre ancestrale.

Source : http://www.survivalfrance.org/sur/barrage-belo-monte








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Place à Lexpression !